Paris Sportifs Qualité ou Quantité ?

Paris Sportifs Qualité ou Quantité ?

Dans cet article, nous allons nous intéresser à plusieurs approches des paris sportifs, en effet il n’y a pas qu’une façon de parier pour générer des gains. Nous entendons très régulièrement que dans les paris il faut privilégier la qualité et ne pas tomber dans les travers de la quantité, ou encore un bon parieur doit avoir un ROI supérieur à 10%. Est-ce vraiment vrai ?

La Qualité !

Oui et non ! Vous me direz que vous n’êtes pas vraiment avancés avec cette réponse ! Pour être plus clair : au final on peut très vite se rendre compte qu’il y a bel et bien deux façons d’investir son argent. La première façon et aussi la plus courante, consiste à parier sur des paris de qualité, des paris où le value bet paraît important par rapport à la cote déterminée par le bookmaker. Ainsi, en aucun cas on ne fait de la quantité, on attend les ‘vrais bons coups (gros valuebet)’ pour investir son argent sur des paris sportifs. Au terme d’une année entière le parieur peut donc compiler que 200 paris même parfois bien moins, mais aussi comptabilisé un ROI très haut, par exemple de 10% ou même 15% ! Il faut avoir à l’esprit que les variations peuvent être très grandes d’un mois à l’autre tant l’échantillon de paris joués par mois sera faible, moins de 30 paris même moins de 20 paris parfois.

Illustration :

En effet, imaginez que vous mettiez dans une urne une bille rouge et une bille bleu, la probabilité de tirer la rouge et la même probabilité que de tirer la bleu, soit 50% de chances de tirer l’une ou l’autre. Imaginez que vous piocher 15 fois d’affilé dans l’urne, il ne sera pas rare d’avoir pioché 11 fois le rouge et seulement 4 fois la bleu ou inversement, alors que pourtant vous aviez 50% de chance de piocher l’une ou l’autre, c’est exactement ce qu’il se passe dans vos paris au sein d’un mois. Maintenant recommencer une nouvelle série, cette fois vous piochez 1000 fois d’affilés, et bien vous allez vous rendre compte que vous serez très proche d’avoir tiré à 50% de fois la rouge et 50% de fois la bleu.

Ainsi il faut accepter les grosses variations car il y aura inévitablement de mauvais mois comme de très bons mois avec cette façon de parier, la courbe sur l’année présentera de très grandes dents de scie et ne sera pas du tout lisse. Bien qu’au bout du compte (long terme = nombre important de pronostics) le bilan sera positif et que vous dégagerez des gains considérables.

La Quantité !

La seconde façon de parier est de privilégier la quantité. Mais pas n’importe quelle quantité, il faut toujours garder à l’esprit que l’on peut générer des gains à la seule conditions de jouer sur des value bets. Cette fois, le parieur jouera en mise fixe (1.5% par paris par exemple) dès qu’il déterminera qu’il y a une value bet sur le pari, qu’il soit minime ou très grand. A la fin de l’année le parieur peut totaliser un nombre impressionnant de paris, parfois de 2000, 2500 paris jusqu’à même 4000 paris ou encore plus ! Bien sur, son ROI sera très loin du 20% ou 15% ou même du 10%, il sera plus proche du 2% à 5%. L’avantage est que les variations au court d’un mois seront moins importantes. Que représente une série de 7 défaites d’affilées dans un mois ou 300 paris ont été engagés ? La courbe sera donc cette fois beaucoup plus lisse.

Illustration !

Maintenant illustrons tous ça par un exemple.

Dans le second cas, le parieur à joué 2800 paris à mise fixe de 1.5% au cours de l’année à une cote moyenne de 2.00 et à gagné 52% de ses paris :

Ainsi, ce parieur à gagné 1456 paris pour en avoir perdu 1344. De ce fait il a gagné (1456 x 2.00 x 1.5) – (1456 x 1.5)= +2184% et perdu 1344 x 1.5 = -2016%, 2184-2016 = +168% de variations de capital.Ce qui est juste totalement gigantesque.

Ainsi une personne ayant un capital de 10 000 euros jouera à hauteur de 150€ par paris (1.5%) et fera donc un bénéfice annuel de 16 800€ pour un ROI de seulement [16 800/(2800*150)] x 100 = 4%. plutôt intéressant non ? 🙂

 

N'hésitez pas à laissez votre commentaire !